Passer au contenu principal

À propos

L'Association internationale des études québécoises (AIEQ) a appris en octobre dernier que la maigre subvention que lui accordait encore le ministère des Relations internationales et de la Francophonie (MRIF) allait être coupée de 40% et qu'il lui faudrait, d'ici 2021, avoir «cheminé» vers l'autofinancement. Le MRIF a dit et redit aux représentants de l'association qu'il leur faudrait apprendre à  «vivre avec la décision du Conseil du Trésor» et trouver des mécènes acceptant de financer les programmes de l'AIEQ, programmes qui servent pourtant directement la politique internationale du MRIF.

Les membres du comité exécutif refusent les conditions imposées par le MRIF et le Conseil du Trésor. Ils sont heureux de travailler bénévolement au profit du Québec en général et du MRIF en particulier, mais, après le saccage de 2015, ils n'entendent pas se laisser imposer de nouvelles coupes budgétaires. 


Si le Gouvernement souhaite que l’AIEQ « diversifie » ses sources de financement, il devra fournir toutes les ressources nécessaires pour faire ces recherches et la sollicitation auprès de grands donateurs. Les membres de l’AIEQ ne sont pas des solliciteurs de fonds; ce sont des professeurs indépendants du gouvernement qui se doivent à leurs étudiants ainsi qu’à l’approfondissement et à la diffusion des connaissances sur le Québec.

Notre conception du service public est désintéressée, elle se fonde sur nos expertises mises en réseau pour le rayonnement du Québec à court, moyen et long termes. Nous n’acceptons pas que des motifs strictement comptables et à courte vue viennent saborder vingt ans de travail. 

Nous rassemblons ici les principaux textes et documents publiés dans les journaux et les médias électroniques au sujet de l'AIEQ et de son nouveau combat pour obtenir le maintien intégral de ses budgets et ressources. Nous espérons que ces pièces seront lues par tous les québécistes et amis du Québec à travers le monde, qu'elles seront partagées et qu'elle feront un peu rougir ce gouvernement qui, depuis le début de son mandat, a été sans pitié pour les plus faibles, mais si généreux avec les privilégiés d'entre les privilégiés.

Merci de signer notre pétition!


Commentaires

  1. J’appuie inconditionnellement, massivement, vigoureusement l'AIEQ. C’est notre culture qui est en cause, son rayonnement, ses liens solidaires et vitaux avec les autres cultures du monde. On ne se referme pas sur soi, surtout dans un tel moment de l’Histoire où un mouvement inverse, protectionniste, se répand comme du chiendent. Une belle occasion d’affirmer haut et fort que ce ne sont ni l’argent ni les pouvoirs véreux qui feront vibrer l'«âme» (incroyante comme croyante) des humains et leurs fiancés, mais plutôt la connaissance (de soi et des autres), la culture (dans tous ses sens), l’ouverture, le coude-à-coude.

    Ce matin, j’ouvre la radio puis le journal*. À la une, une nouvelle sur un centre de recherche sur les grains, le CEROM, principalement financé par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). Or, son conseil d’administration est formé d’individus du secteur privé forts lobbyistes; et son président, lui-même producteur de grains et président des Producteurs de grains du Québec, nie à répétition l’incidence des semences enrobées de néonicotinoïdes sur l’environnement dont sur les abeilles, malgré les conclusions contraires de nombreuses recherches. En un mot plutôt brutal, notre MAPAQ finance des pesticides qui tuent, mais PAS une association qui soutient la culture et travaille à son épanouissement en s’ouvrant sur le monde.

    Je suis une jeune septuagénaire toujours active professionnellement et socialement, n’ai perdu ni la tête, ni l’ardeur, ni la conscience. Je suis indignée par l’arrogance, la corruption et les intérêts à court terme des pouvoirs. Mais je suis tout aussi éblouie par la création et l’engagement culturel et social de la relève, de la vieille garde et d’autres. Ainsi que l’avait si bien dit, dans une inoubliable entrevue qu’elle avait accordée lors d’une tournée au Québec, la metteuse en scène Ariane Mnouchkine dans les années 1990 : un pays dont l’État ne soutient pas la culture est un pays inéluctablement voué à la disparition.
    — Allo? Allo? ‘Y a quelqu’un?...

    « Rien n’est jamais acquis à l’homme Ni sa force / Ni sa faiblesse ni son cœur… »
    Nous n’avons pas fini de nous révolter, de descendre dans la rue, de sortir nos signatures et nos mots, pour exprimer notre désaccord et nos visions autres des choses. Qu’on ne nous prenne ni pour des poubelles, ni pour des aveugles, ni pour des sots. Nous ne le sommes pas.

    Sylvie Roche

    * http://ledevoir.pressreader.com/le-devoir/20180305?key=ca42e785c84dbe1bf7e88c0646427024

    RépondreEffacer

Publier un commentaire

Messages les plus consultés de ce blogue

Michel Tremblay demande au premier ministre d'augmenter le financement de l'AIEQ

Michel Tremblay, «Une grave erreur de ne plus soutenir l'AIEQ», La Presse +, section «Débats», 3 mars 2018.



Gérard Bouchard se porte à la défense de l’AIEQ

Gérard Bouchard, «Coupe à l’Association internationale des études québécoises. L’étrange insensibilité du gouvernement Couillard», La Presse+, section «Débats», 23 février 2018.


OPINION COUPE À L’ASSOCIATION INTERNATIONALE DES ÉTUDES QUÉBÉCOISES
L’étrange insensibilité du gouvernement Couillard


GÉRARD BOUCHARD
HISTORIEN ET SOCIOLOGUE
Le gouvernement a décidé d’infliger à l’Association internationale des études québécoises (AIEQ) une deuxième coupe budgétaire, mortelle celle-là et tout aussi arbitraire que la précédente en 2015. De 230 000 $ qu’il était il y a quatre ans, son budget annuel est alors passé à 135 000 $, une somme que l’on va maintenant amputer de 52 000 $.
Selon de nombreux témoignages, ce sera malheureusement la fin de cet organisme que le gouvernement avait déjà tenté de supprimer en 2014. Cette décision ne fera pas pleurer dans les chaumières, bien sûr, non plus que dans les ministères. Et pourtant ! Il y a bien des raisons de s’en désoler.
Cet organisme a été une fo…

Fin de campagne: l'AIEQ signe un accord de 3 ans avec le MRIF et le FRQSC

Communiqué, 25 avril 2018. L'AIEQ annonce un nouveau partenariat avec le ministère des Relations internationales et de la Francophonie et avec le Fonds de Recherche du Québec (FRQSC).