Passer au contenu principal
Texte du sous-ministre du ministère des Relations internationales et de la Francophonie paru dans Le Devoir du 21 février 2018.



Réaction de l'AIEQ

Nous sommes heureux d'apprendre que le ministère proposera une solution qui, avance-t-il, satisfera les membres de l'AIEQ et ses représentants. Nous attendons. Depuis des mois, c'est ce que nous faisons, sans résultat jusqu'ici. La solution envisagée par le MRIF, lorsqu'elle prendra enfin la forme d'une proposition formelle et écrite, devra répondre aux trois conditions énoncées au sous-ministre ce matin lors d'une discussion que nous avons eue avec lui. Il faut que le MRIF:

1) maintienne ou augmente la subvention qu’il verse à l’association;
2) laisse l’association occuper ses bureaux actuels et ne l’oblige pas à déménager une troisième fois en trois ans (c’est entre autres un déménagement forcé qui a occasionné, en 2015, la hausse des frais administratifs qu’on reproche aujourd’hui à l’AIEQ!);
3) continue de lui accorder deux employé-e-s relevant du MRIF, essentielles à la bonne gestion des programmes et nécessaires à la synergie entre, d’un côté, les représentants bénévoles et indépendants de l’AIEQ et, de l’autre côté, le MRIF dont ces employées relèvent.

De plus, il faut que les trois conditions précédentes soient coulées dans une entente de trois ans qui assure — enfin! — un peu de stabilité à l’AIEQ. Il en va des principes de bonne gouvernance fondés sur la transparence, l'imputabilité ainsi que l'efficience de l'action et des résultats.

L'indépendance de l'AIEQ

L'indépendance morale et l'autonomie de gouvernance de l'AIEQ sont des atouts que le MRIF devrait reconnaître et défendre auprès du Conseil du Trésor. Cette indépendance et cette autonomie, qui ne soustraient pas l'AIEQ à son devoir de transparence dans la gestion rationnelle de son financement au profit de ses membres, sert indirectement, mais puissamment, le MRIF et la promotion du Québec à l'étranger. La force d'attraction (pour le recrutement de nouveaux chercheurs), la capacité d'action et l'efficacité de l'AIEQ seront d'autant plus grandes que cette indépendance sera affirmée, reconnue et valorisée par le ministère.

Vers une vraie solution?

Nous espérons recevoir une proposition de la part du MRIF qui assurera l'avenir de l'AIEQ et qui rétablira les conditions d'une collaboration efficace et pérenne entre le gouvernement et notre association. Notre mission et le dévouement de nos membres méritent que soit conclue une entente qui nous permettra de reprendre nos activités, et cela dans les plus brefs délais.



Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Michel Tremblay demande au premier ministre d'augmenter le financement de l'AIEQ

Michel Tremblay, «Une grave erreur de ne plus soutenir l'AIEQ», La Presse +, section «Débats», 3 mars 2018.



Gérard Bouchard se porte à la défense de l’AIEQ

Gérard Bouchard, «Coupe à l’Association internationale des études québécoises. L’étrange insensibilité du gouvernement Couillard», La Presse+, section «Débats», 23 février 2018.


OPINION COUPE À L’ASSOCIATION INTERNATIONALE DES ÉTUDES QUÉBÉCOISES
L’étrange insensibilité du gouvernement Couillard


GÉRARD BOUCHARD
HISTORIEN ET SOCIOLOGUE
Le gouvernement a décidé d’infliger à l’Association internationale des études québécoises (AIEQ) une deuxième coupe budgétaire, mortelle celle-là et tout aussi arbitraire que la précédente en 2015. De 230 000 $ qu’il était il y a quatre ans, son budget annuel est alors passé à 135 000 $, une somme que l’on va maintenant amputer de 52 000 $.
Selon de nombreux témoignages, ce sera malheureusement la fin de cet organisme que le gouvernement avait déjà tenté de supprimer en 2014. Cette décision ne fera pas pleurer dans les chaumières, bien sûr, non plus que dans les ministères. Et pourtant ! Il y a bien des raisons de s’en désoler.
Cet organisme a été une fo…

Fin de campagne: l'AIEQ signe un accord de 3 ans avec le MRIF et le FRQSC

Communiqué, 25 avril 2018. L'AIEQ annonce un nouveau partenariat avec le ministère des Relations internationales et de la Francophonie et avec le Fonds de Recherche du Québec (FRQSC).